Airtel couvre des escroqueries ?

Voilà la désagréable histoire qui m’est arrivée et les questions que je me pose en tant que consommateur qui s’est senti floué. Étant donné que je ne peux accuser Airtel sur la base unique de mon expérience personnelle, je vous invite à vous faire votre propre opinion…

Désormais lorsque vous achèterez un produit Airtel, assurez-vous sur le champs que vous avez bien été crédité.Si je dis cela c’est parce qu’il semble qu’il y a un système de vente fictive de crédit Internet. Bien que le client reçoit un SMS de confirmation (« Félicitations, bla bla) sur son téléphone, dans les faits il ne reçoit qu’une infime partie de son achat… histoire de faire passer le leurre sur l’instant.

C’est la désagréable expérience que j’ai vécue ce vendredi matin en découvrant que les 14 Giga achetés la veille aux alentours de 15 heures se sont envolés.Est-ce qu’Airtel est au courant de ce que je soupçonne ?

Je me suis rendu dans un des bureaux de la marque, plus précisément celui logée dans l’ancien immeuble Brock. Lorsqu’une requête a été introduite pour comprendre la disparition de ces 14 Giga, le technicien au bout du fil m’ont confirmé que ce forfait, même notifié par un SMS, n’est jamais parvenu à mon numéro. La personne que j’avais en face de moi m’a demandé de patienter et qu’elle me transmettrait les explications que ses collègues lui donneront. Voilà qu’aux alentours de midi, je reçois un appel qui me signifie que j’ai bien reçu 14 Giga et qu’ils ont été consommés. Sans autres forme d’explication… Il est rappeler, fait important, que cette version contredit celle donnée plus tôt dans la matinée. Lorsque j’ai demandé à consulter un tracking de ma consommation sur les dernières 24 heures, on m’a rétorqué que cela n’était pas possible. Et pourtant c’est mon numéro !

Pourquoi cette réponse en totale contradiction avec les assurances que j’ai eues quelques heures plus tôt ? Je me dit qu’Airtel ne souhaite pas ouvrir la boîte de Pandore qui l’obligerait à rembourser toutes ces « ventes fictives » effectuées depuis ses propres serveurs. Voire pire ? Un réseau protégé qui s’enrichit sur le dos du consommateur ?

« Je sais de quoi je parle »

Par téléphone, je brosse la situation à un ami qui travaille à Airtel.

Une partie de notre échange :

– « Tu t’es fait gruger Chérif »

– « Mais comment ça se fait ? J’avais du crédit juste après le SMS »

– « Je sais de quoi je parle. Il y a certaines choses qui se passent ici »

14 Giga consommés en 18 heures ?Même si je suis un gros consommateur d’Internet et des médias sociaux, cela me semble très improbable.

Chérif Adoudou Artine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.