Edito : Quel est le problème de la SNE ?

La SNE (Société nationale d’électricité) est la cible de toutes les critiques. Forcément, avec des températures avoisinant les 45 degrés depuis deux mois, tous les yeux sont rivés sur elle. Mais plus pour des remontrances que des demandes de résultats, car tous les Tchadiens savent que cette entité publique qui monopolise le marché de l’énergie est incapable pour le moment de répondre à leurs besoins. Pourquoi cette faillite dans un secteur clé que l’on peut qualifier de régalien ? Essayons de comprendre ce qui ne va pas au sein de la plus obscure des sociétés d’État.

Le Directeur Général de la SNE doit-il être nommé par la Président de République ? Qu’en est-il de son indépendance ? Crédit : SNE

« 60 milliards de francs CFA par an à raison de 11 citernes de carburant par jour, et toujours pas d’électricité. » rappelait ostentatoirement la page officielle de la Présidence de la République après une réunion de crise sur la moribonde Société nationale d’électricité qui s’est tenue le 23 avril dernier autour du Président Idriss Déby Itno. Lors de cette rencontre, une série de décisions ont été prises afin de résoudre définitivement la crise énergétique qui prévaut au Tchad.

Un mois après, qu’est ce qui a changé ?

Et bien « Non Monsieur le Président de la république, la Société nationale d’électricité, la fameuse SNE, n’a toujours pas changé ses mauvaises pratiques »

C’est en ces termes forts, factuels et ciblés qu’une tribune signée par Wal Moussa Achitéla, publiée ce lundi sur les pages de Tchadinfos, décrit la dure réalité que vivent les habitants de N’Djaména, sevrés d’électricité. Privés de loisirs simples. Privés de ce qui devrait être une normalité dans une capitale en 2020.

Souvenez-vous, le 24 septembre 2018, Idriss Déby Itno effectuait une visite inopinée à la Direction Générale de la SNE. Le long et sérieux entretien qu’il a eu avec le board exécutif de l’époque pouvait laisser présager une amélioration des services facturés très chers par la société d’État. Mais rien n’y fit. Comme une histoire qui se répète, elle a continué son inexorable descente aux enfers.

Que peut-on tirer comme conclusion de cette situation de faillite généralisée ?

De deux choses l’une :

Tout d’abord nous sommes en droit de nous demander si les lobbies qui ont infiltré la Société nationale d’électricité, selon les dires et la rumeur, ont une parole et une main mise sur la SNE plus puissantes que les décisions présidentielles et gouvernementales ?

Comment pourrait-il en être autrement quand on voit la bouillie dans laquelle se trouve la SNE ? Arriérés de dettes de plus de 2 milliards pour un seul de ses prestataires, aucun résultat malgré les subventions de l’État tchadien. Aidée mais endettée, voici en quelque sorte résumée la situation de l’entreprise d’État la plus obscure. Excusez le jeu de mots.

Ensuite les spécialistes se poseront la question de savoir si cette SNE s’est dotée d’un plan de projection à court, à moyen et à long terme. Parce qu’aujourd’hui, structurellement elle ne peut tenir la cadence… la ville grandissant, la population croissant.

Sous-équipée ou mal équipée ? C’est selon…

La SNE ne pourra jamais répondre à la demande si elle n’investit pas à grande échelle dans ses infrastructures et dans la formation de ses salariés. La seule manière pour elle de se libérer de ce management de rafistolage qui consiste à réparer des équipements en bout de vie, à commander des pièces de rechange en urgence ou à réquisitionner des installations à l’arrêt.

Outre les équipement et le niveau général des collaborateurs, il y aussi et surtout un autre enjeu primordial : optimiser les méthodes d’exploitation. Car c’est à l’aune de ses services, au jour le jour, au contact  du consommateur que la SNE pourra redorer son blason.

Nous disions donc, de deux chose l’une : soit les ratés de la SNE sont dues à sa gestion opaque et à ses ramifications supposées douteuses , soit ses ratés sont dus à son déficit structurel et à son manque de vision ?

Et si c’était les deux ?

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Chacun de nous doit être un rempart

Le Chef de l’État, Idriss Déby Itno, s’est exprimé ce mardi sur la menace coronavirus. Même si son intervention est loin d’avoir répondu aux attentes, cette prise de parole du 1er décideur tchadien était nécessaire pour alerter sur le danger de cette pandémie.

Le Président de la République Idriss Déby Itno (Photo : Vincent Fournier / JA)

‘’Mes chers compatriotes, face à l’adversité nous devons être vigilants, disciplinés, solidaires, et unis. Je suis convaincu que le peuple tchadien, qui a traversé tant d’épreuves, saura sans nul doute se montrer fort face à la pandémie. Que Dieu bénisse le Tchad. Vive la république.’’

C’est avec cet appel à l’unité nationale que le Chef de l’État, SEM Idriss Déby Itno, a conclu son allocution à la nation ce mardi 24 mars à la mi-journée, intervention dictée par la pandémie du coronavirus qui menace le Tchad.

Durant précisément onze minutes sur les ondes de la Radiodiffusion nationale tchadienne (RNT), le Président de la République s’est prêté à un exercice qualifié par les observateurs tchadiens de ‘’discours tenu dans un cadre exceptionnel’’, comme pour marquer la stature de l’homme et répondre aux espoirs fondés en lui par ses compatriotes durant cette période trouble.

Ceux qui s’attendaient à des décisions fortes, à l’instar de celles prises par Macky Sall, Président de la République sénégalaise, la veille, seront déçus. Pas d’annonce formelle d’aide à l’économie, ni de confinement total donc, mais une prise de parole nécessaire.

En sa qualité de leader de la nation, Idriss Déby Itno, a rappelé à ses compatriote l’importance du danger qui nous guette actuellement. Sa voix de chef a contredit ce que beaucoup de Tchadiens, dans une inconscience totale, faisaient circuler depuis presque deux semaines sur le Coronavirus. Une prise de parole hautement utile pour que la nation tout entière comprenne la période dans laquelle nous nous apprêtons à entrer, une période de doutes, une période de dangers, certainement ponctuée de deuils. L’heure est grave et il fallait que le premier responsable de notre pays intervienne afin que nous restions éveillés et alertes face au Coronavirus et éviter de se laisser aller à des divagations de tout ordre.

Un impératif absolue

Après avoir rappelé les mesures prises en fin de semaine dernière par la Cellule de veille et de sécurité sanitaire (organe dirigé par Kalzeubé Payimi Deubet (ministre Secrétaire Général à la Présidence de la République)), qui gère la crise au niveau national, Idriss Déby Itno a égrainé, afin qu’elles soient bien entendues par tous, les règles élémentaires d’hygiène car ‘’chacun de nous doit être un rempart face à ce virus et il s’agit à l’évidence d’un impératif absolue’’.

L’occupant du Palais rose a également détaillé le financement ‘’par nos ressources propres et la contribution de la solidarité internationale’’ du budget du plan de contingence de 15 milliards de Francs CFA pour lutter contre le virus Corona.

Dans la seconde partie de son intervention, le Chef de l’État s’est attardé sur 5 points :

Confinement

« Si les circonstances l’exigent, nous serons appelés à prendre des mesures plus rigoureuses, tendant au confinement total.»

Attendu par beaucoup, il n’ a finalement pas été instauré. L’État n’ayant rien prévu pour aider les populations, il était illusoire de penser qu’Idriss Déby Itno prendrait cette décision aux antipodes des réalités de la plupart des Tchadiens. »

Augmentation des prix sur le marché

Les commerçants ‘’subissent des dommages incalculables suite à l’arrêt conjoncturel de leurs activités. Je voudrais  cependant déplorer le comportement de certains commerçants véreux qui se livrent à une pratique inadmissible en augmentant illégalement les denrées de premières nécessités. J’instruis fermement les services compétents à l’effet de traquer et de traduire en justice tous les commerçants mus par l’appât du gain facile.’’

La presse en ligne rapporte depuis deux jours certaines informations faisant état de l’augmentation du prix du transport, des denrées de premières nécessités. Le PR met en garde ceux qui voudraient profiter de ce ralentissement pour spéculer. Sera-t-il entendu ? Et surtout la traque annoncée sera-t-elle effective ?

Enseignement

‘’Le gouvernement est fortement préoccupé par la fermeture des établissements d’enseignement. Nous mesurons pleinement les effet d’une crise d’un longue période d’inactivité sur le calendrier scolaire (…) C’est pourquoi les ministres concernés sont instruits à l’effet de réfléchir et de proposer un scénario réaliste et adapté pour permettre à nos enfants d’achever leur année académique dans de bonnes conditions lorsque la situation sera rétablie.’’

Le Chef de l’État ne souhaite pas faire planer les risques d’une année blanche dans les différents niveaux d’enseignement. Il se pourrait donc que l’année scolaire (primaire et secondaire) empiète sur les mois de juillet et d’août. L’enseignement supérieur étant lui déjà coutumier de ces années académiques à rallonge.

Corps médical

‘’Fidèles à leur serment et à leur vocation, les médecins, infirmiers, ambulanciers, secouristes de la Croix rouge du Tchad, bref, tout le corps médical, s’investissent au quotidien afin d’assurer la sécurité sanitaire de tous. Je salue ce sacrifice éminemment patriotique qui mérite la reconnaissance de la nation tout entière. Nous devons tous, à cet égard, être à la hauteur des engagements de l’ensemble de nos dignes acteurs de la santé en appliquant les différentes mesures préconisées.’’

Travaillant dans des conditions difficiles et avec des moyens dérisoires, le corps médical mérite, pour le chef de l’État, une attention particulière. Les blouses blanches seront dans l’œil du cyclone si le virus se propage comme dans les autres pays. Idriss Déby n’est pas sans l’ignoré en parlant de corps avec beaucoup de déférence.

Réseaux sociaux

‘’Nous notons, hélas, que les réseaux sociaux au lieu de diffuser des informations de bonnes sources authentiques et vérifiées s’adonnent à la désinformation et à la manipulation semant ainsi le doute et la panique. Je mets en garde tous ceux qui se livrent à cette pratique criminelle.’’

La prolifération des fakenews sera, suite à ces propos du Président de la République, fortement réprimé par les forces de l’ordre. Nous espérons que cette misse en garde dissuadera les internautes mal intentionnés à diffuser tout ce qu’ils ont sous la main.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé`

 

COVID-19 : N’Djaména ferme son aéroport

Les actions de prévention contre le virus corona s’accentuent. Ce lundi en début de soirée, la Présidence la République a annoncée de nouvelles mesures.

Dans un communiqué relayé sur sa page Facebook, la Présidence la République du Tchad a annoncé six nouvelles mesures.

La présidence de la République du Tchad à N’Djaména

Le communiqué en question a été signé par Kalzeubé Payimi Deubet, Minsitre d’Etat, Ministre Secrétaire Général à la Présidence de la République. Il est daté du 14 mars 2020 mais n’a été posté sur la page Facebook de l’institution que ce lundi 16 mars à 19 heures.

Voici les mesures telles que reprises dans le communiqué

1-La fermeture des aéroports du Tchad à toutes les compagnies aériennes à l’exception des cargos pour une période de deux semaines pour compter de jeudi 19 mars 2020 à 00 Heure, Par conséquent, il est demandé à tous les tchadiens résidents à l’étranger et désirant regagner le pays de le faire dans le délai requis. Par contre, les frontières terrestres restent ouvertes en dehors de celles du Soudan et de la République centrafricaine ;
2- Le contrôle sanitaire systématique aux portes des frontières nationales et la mise en quarantaine des cas suspects ;
3-L’interdiction de regroupement de plus de cinquante personnes ainsi que les forums et les grandes rencontres prévus au Tchad et impliquant les étrangers ;
4- La limitation stricte des déplacements en dehors des camps de réfugiés ;
5- Le contrôle sanitaire strict sur toute l’étendue du territoire ;
6-Les responsables administratifs, techniques, traditionnels et religieux sont instruits à l’effet de mener des activités d’information et de sensibilisation auprès de toutes les couches des populations.

La communication se termine en précisant qu’aucun cas de coronavirus n’a été enregistré au Tchad jusqu’à présent.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

 

Le MPS à la croisée des chemins

A l’aune de ses trente années d’existence, qu’il célébrera à Mongo dans la province du Guéra ce mercredi 11 mars 2020, le Mouvement patriotique du Salut doit amorcer sa mue afin d’embrasser un monde qui change pour demeurer le parti de gouvernement qu’il a toujours été.

Ce mercredi 11 mars 2020 le MPS fêtera ses 30 ans d’existence dans la ville de Mongo (Province du Guéra). 30 ans (à dix mois près) de pouvoir qui ont donné au parti de Bamina une étiquette de parti de gouvernement. Trois décennies. Trois périodes :

1990 – 2001, l’apprentissage du multipartisme.

2002-2014, l’ancrage populaire.

2015 à nos jours, à la croisée des chemins.

Penchons-nous sur cette dernière période, celle qui nous concerne.

Mahamat Zene Bada, Secrétaire général du MPS Photo : Vincent Fournier/JA

En confortant Mahamat Zene Bada lors du congrès extraordinaire de novembre 2019, le principal partie politique tchadien s’est rassuré en s’appuyant sur ses bases. Le Secrétaire Général étant un homme sur lequel peut s’appuyer le Président de la République Idriss Déby Itno pour resserrer les rangs et afin de mettre de l’ordre dans la maison en ces temps de tiraillements internes, de fronde sociale (jeunes, étudiants, fonctionnaires, corps judiciaire), de repli identitaire (une petite heure sur Facebook permet de s’en rendre compte), le tout conjugué à une relance économique en filigrane qui n’a pas encore de réels effets sur la population.

Le citoyen est un JRI 2.0

Mais au-delà de rassembler ses troupes, le MPS doit embrasser, faire siens les changements d’une époque, celle de la troisième révolution anthropologique de l’histoire de l’humanité. Au contraire de la deuxième révolution anthropologique (l’imprimerie au 15ème siècle), qui s’est déroulée dans une Europe triomphante ; celle que nous vivons n’est pas limité dans un espace géographique. Les schémas démocratiques qui ont rythmé la vie des démocraties occidentales volent en éclat, car le citoyen n’est plus celui à qui ont sert une dose d’information deux fois par jour et qui, dans la plupart des cas, s’en contente. Le citoyen d’aujourd’hui, qu’il soit Américain, Africain, Tchadien, est un JRI (Journaliste reporter d’images) d’un nouveau genre ayant en permanence une bibliothèque entre les mains, difficile donc de la gruger. Difficile également de le faire taire car il évolue en communauté. Bridez-en un, ce sont cent autres qui prendront le relais ; des homonuméricus comme aimait les appeler le philosophe Michel Serres.

Il ne faut donc pas que le MPS soit en déphasage avec cette nouvelle norme. Le parti doit, au delà d’une réflexion profonde sur son discours traditionnel, sur ses thèmes de prédilections (paix et unité) se détacher des recettes qui ont fait son succès et qui, sans doute, en apporteront d’autres. La dialectique du MPS doit désormais passer par des choix politiques de séduction afin de ne pas être en déphasage avec ce qui se passe dans les rues de N’Djaména, de Moundou, de Faya, etc.

Des politiques audacieuses

L’homogénéité du Bureau politique national (BPN), même si sa représentation féminine augmente, n’augure pas de grands changements. Mais le chambardement n’est pas pour tout de suite. Comme signalé plus haut, Il faut solidifier les bases. Mai parallèlement le MPS doit se doter de cercles de réflexions composés d’une ossature différente de son bureau politique. Un apport d’idées et de solutions issues d’horizons hétérogènes. Si cette voie de consultations n’est pas empruntée, le MPS laissera le terrain aux autres, ceux-là même qui promettent monts et merveilles sans avoir le gouvernail du pays. Le MPS quant à lui, gouvernera, certes, mais ne sera pas ce parti représentatif du pouvoir qu’il a entre les mains. Pour refléter l’image du grand parti qu’il est, la formation politique d’Idriss Déby Itno doit parler au Millennials, adopter leur langage, répondre à leurs attentes (formation et emploi). En somme leur offrir des perspectives en adoptant des politiques audacieuses. Loin du dogmatisme, Loin des idéologies. Loin des clivages partisans. Mais juste du pragmatisme et du bon sens (politique ?).

Mahamat Zene Bada, en animal politique aguerri (que l’on compare souvent à un cygne qui renait de ses cendres), en fin stratège, en leader éclairé doit s’ouvrir, consulter, offrir de nouvelles perspectives (à son parti et à ses concitoyens).

Aujourd’hui, à l’aune de son 30ème anniversaire, le MPS est à la croisée des chemins. A lui de choisir la voie de l’inclusion sociale à travers des plans taillés sur mesure pour 70% de la population. Alors, la rue tchadienne, si frondeuse, toujours acerbe, en permanence critique, fera elle-même la promotion du bilan social du MPS dans quelques années.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Le MPS en ordre de marche

Réunis fin décembre autour du Président la République, les membres du nouveau bureau politique du MPS ont reçu les ultimes conseils et les dernières consignes avant les élections législatives et régionales prévues au courant de cette année 2020. 

Les élections législatives sont bel et bien dans les tuyaux. La réunion privée entre le Président de la République et les 131 membres du bureau politique du MPS (Mouvement patriotique du salut) de ce samedi 28 décembre 2019 en est, si besoin en était, la preuve.

Telle une dernière Cène, les acteurs de l’organe « législatif » du MPS ont reçu les derniers conseils et les ultimes consignes du chef. Cette probable dernière rencontre avant les échéances électorales n’était pas du tout religieuse (pas christique donc), elle était politique.

Le Président de la République tout d’abord, et le Secrétaire Général du MPS ensuite ont donné le ton pour les semaines à venir.

Le patron de la mouvance présidentielle a fixé le cap et en phase avec ses propos du 3 novembre dernier lors du 8ème congrès extraordinaire du MPS, il appelle ses troupes à resserrer les rangs et à prendre les échéances électorales à venir avec le plus grand sérieux afin de ne pas se faire surprendre.

Aujourd’hui majoritaire, le MPS doit garder à l’esprit que la victoire n’est pas acquise.

La composition de l’actuelle Assemblée nationale

Le MPS totalise 110 sièges sur 188. En plus des 6 occupés par son allié, le RDNT (Rassemblement national de démocrates tchadiens), la majorité présidentielle  pèse 61,7% des voix. La majorité des 2/3 (66%) n’est pas atteinte mais la mouvance « baministe » a toujours pu compter sur les votes des indépendants qui ont tous une forte tendance MPS.

La composition de l'actuelle Assemblée nationale avec une majorité PS

Panorama des forces en présence.

Les dangers de perdre cette confortable majorité, même s’ils existent, ne sont pas si effrayants que ça quand on regarde l’adversité qu’il y a en face.

Le principal parti d’opposition, l’UNDR (Union nationale pour la démocratie et le renouveau) de Saleh Kebzabo, ne pourra faire mieux que ses 11 sièges actuels. Tout simplement car il n’a aucune assise régionale en dehors de ses « fiefs » traditionnels. Les défaites à répétition semblent avoir essoufflées cette formation qui n’arrive pas à se renouveler, à trouver un nouveau leadership, à se trouver une nouvelle identité gagnante.

Même cas de figure pour les deux autres partis d’opposition représentés actuellement dans l’hémicycle du palais de la Démocratie de Gassi : l’URD (Union pour le renouveau et la démocratie) de Romadoumngar Félix Nialbé et le FAR (Fédération, Action pour la république) de Ngarlejy Yoroungar. Aucune représentation sur l’ensemble du territoire, ce qui au final, plombera forcément les résultats.

Des candidats indépendants attireront peut-être sur eux la lumière médiatique, mais ne pourront faire vaciller le MPS sur le terrain de la représentativité populaire. Je pense à Succès Masra, le leader de la communauté digitale Les Transformateurs, et quelques unes de ses têtes de proue. Nous pourrons également voir des accords se conclure entre ces derniers et un parti d’opposition pour intégrer quelques noms dans les listes de leurs candidats.

Si les troupes du MPS et leurs alliés sont disciplinés, sérieux dans le travail en amont des différentes campagnes et soudés, ces consultations populaires ne devraient être qu’une simple formalité. Je terminerai en reprenant cette conclusion d’Idriss Deby Itno : “soyez de bons perdants si vous perdez, de bons gagnants si vous gagnez.“.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

A l’action !

« Au service de la jeunesse tchadienne »

Profession de foi politique de Chérif Adoudou Artine

Au delà de la critique ex nihilo, qui est très souvent improductive, il y a l’action.

Le quadragénaire tchadien que je suis s’est posé la question de savoir comment passer du statut de simple observateur critique à celui de citoyen engagé pour son pays.

La réponse a été limpide. Elle est devant moi.

A l’instar de mon défunt père, Adoudou Artine Adil, et de mon frère, Amir Adoudou Artine, qui à travers leurs activités dans le monde des affaires et de la politique ont marqué leurs communautés, leur entourage professionnel et leurs familles, je me dois, si je veux agir, leur emboiter le pas. Durant 50 ans pour Adoudou Artine Adil et depuis plus de 15 ans pour Amir Adoudou Artine, ils ont sillonné le Tchad, ils ont côtoyé leurs compatriotes et ont essayé d’apporter des réponses aux attentes sociales, culturelles et économiques des femmes et des hommes qu’ils rencontraient. J’ai eu la chance de côtoyer au plus près ces deux hommes volontaires, visionnaires, travailleurs et patriotes. Leur exemple ne peut qu’être une inspiration.

Mon engagement politique n’est pas que militant. Il s’agit d’un engagement citoyen à travers la politique dans le sens ou je partage les attentes de mes compatriotes. En tant que Tchadien, leurs doutes et leurs espérances sont aussi les miens.

Je m’engage en politique pour apporter mon point de vue, ma vision et ma capacité de travail pour l’épanouissent de tous les Tchadiens en me fondant sur les préceptes d’une social-démocratie africaine.

Le Tchad appartient aux jeunes

Je souhaite qu’au Mouvement Patriotique du Salut (MPS) nous réapprenions à parler à la jeunesse tchadienne afin de lui céder cette place prioritaire qu’est la sienne. Elle le mérite par sa vivacité, par son énergie, par son ingéniosité, par sa résilience à toute épreuve et surtout par son poids démographique. Nos compatriotes âgés de moins de 35 ans représentent 80,3% de la population tchadienne estimée en 2017 à 15 016 773*.

Le MPS, parti frondeur, parti libérateur, parti fondateur doit présenter un plan d’avenir à la jeunesse tchadienne et des politiques adaptées aux mutations que nous vivront. Ce plan doit être réaliste, mesurable et réalisable dans des délais raisonnables. Le MPS en a les moyens car il regorge de ressources qualifiées, expérimentées et connaissant ce pays sur le bout des doigts. Je me joins à ces femmes et à ces hommes pour relever les défis qui nous attendent pour l’avenir de notre population.

Nous devons donc nous adresser aux jeunes de manière franche et dans le respect qui s’impose car ce pays leur appartient. Nous devons par conséquent préparer ce pays pour que leurs rêves voient le jour sur le territoire tchadien, que leur avenir se dessine dans les 1 284 000 km de notre pays. Et non pas à chercher, par dépit, à se construire un avenir ailleurs.

Je souhaite qu’au terme de la décennie 2020 – 2030, quand un jeune tchadien quittera son pays, ce sera pour enrichir ses connaissances académiques, renforcer son réseau professionnel, faire briller l’image du Tchad à l’étranger ou juste pour ses loisirs.

Je m’engage pour une action politique « Au service de la jeunesse tchadienne ».

Chérif Adoudou Artine

 

 

 

 

 

 

*Source : https://fr.countryeconomy.com/demographie/structure-population/tchad

Garde à vue, gare à vous !

L’inspection générale d’Etat est en train de traquer la mauvaise gestion de l’argent public. Ses recommandations sont craintes jusqu’aux plus hauts niveaux de l’appareil administratif. Kalzeubé en est la preuve. Retour sur une semaine durant laquelle l’actualité judiciaire a été au centre de toutes les discussions…avec aussi l’affaire Ibédou.

Interpelé le jour de la fête de la liberté et de la démocratie, le ministre d’Etat, ministre Secrétaire Général à la Présidence, Kalzeubé Pahimi Deubet fait les frais d’une enquête menée par l’Inspection générale d’Etat (IGE) sur fond de compensation immobilière. Il est passé en deux jours de la case Présidence à la case prison en passant par la case garde à vue.
L’ancien PM sous écrou, qui sera le suivant ? C’est la question que tout le monde se pose car selon des bruits de couloir « une liste de douze noms » aurait été établie par les équipes dirigées par Ahmat Mahamat Zagalo, Inspecteur général d’Etat à la tête de l’IGE, créée en 2015/16 et rattachée à la Présidence de la République. Héritière de plusieurs organes d’Etat dans le but de « contrôler à posteriori la gestion administrative et matérielle des biens de l’Etat », elle succède dans ce rôle de « tracker » de la mauvaise gestion de l’argent public à la Commission Bartichret (dirigée par le Président de la Cours suprême de l’époque, Ahmed Barticheret) en 2005, au ministère du Contrôle d’Etat (qui a changé de nom à trois reprises) et enfin à la très redoutée Opération Cobra en 2012 après la fusion des ministères du Contrôle d’Etat et de celui de la Justice voulue par Abdoulaye Sabre.
Après le SG de la présidence, des bruits ont couru sur Twitter qu’en à une convocation d’Issa Doubragne, ministre de l’Economie et de la Panification du développement qui a été épinglé par une note de recommandations de cette même IGE en date du 19 novembre courant. Mais cette information a été très vite infirmée, notamment par un fact checking de Tchadinfos.com. Quoi qu’il en soit, nous devrions entendre parler de l’IGE d’ici la fin du mois de décembre. Les réjouissances de fin d’année ne seront pas agréables pour tout le monde.

Captures d’écran

Le lundi 2 décembre 2019, Mahamat-Nour Ahmat Ibédou, Secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (CTDDH), a aussi été convoqué par la Police judiciaire. Ce jour étant le prolongement du férié de la veille, le diplômé de l’Ecole Nationale du Trésor Public de Noisiel (France) s’est rendu au commissariat le mardi 3 décembre pour répondre aux policiers suite à une plainte pour diffamation déposée par Bakhit Bahar Itno. Ce dernier a été accusé par un communiqué de la CTDDH d’avoir enlevé et torturé un groupe de femmes en novembre dernier.
Une garde à vue plus tard, voilà que le SG de la CTDDH se trouve confronté à une autre accusation beaucoup plus grave : meurtre et de complicité de meurtre. Selon les avocats de ce dernier, les fonctionnaires de police ont voulu lui faire signer une déposition qui n’était pas la sienne. Après 48 h en GAV, il a été transféré à la maison d’arrêt d’Amssinéné dans le nord de N’Djaména.
Des captures d’écran reprenant des échanges entre l’acteur de la société civile et un certain Malick Ibet Ibrahim, accusé du meurtre d’une adolescente en 2015, ont suffit à le garder derrière les barreaux. Dans cet échange ont apprend que M. Ibedou souhaite soustraire M. Ibrahim des mains de la justice tchadienne en lui faisant quitter le Tchad.
Mais qu’en est-il de la véracité de ces copies et de leur contenu ? C’est à ce niveau que toutes les discussions s’arrêtent. Et c’est à ce niveau que toutes les discussions doivent tourner. Pour confondre M. Ibédou il aurait fallu prouver l’authenticité du contenu de ces messages. Cela passe par chercher à savoir si les adresses des deux concernés n’ont pas été piratées ou si ces copies ne sont que l’œuvre d’une personne maîtrisant un tant soit peu un logiciel de graphisme… Il existe une multitude d’outils pour clarifier ce genre de situations. La justice, quant à elle, dispose également de textes qui lui permettent d’envoyer des demandes d’authentification avec expertise très pointue. Et ce, jusqu’à Google.
Les personnes en charge de l’affaire peuvent et doivent passer au crible ces « preuves » afin d’avancer dans cette affaire qui cristallise la société tchadienne.

Cherif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Scandale aux Affaires étrangères

Un trafic de drogue au sein de la diplomatie tchadienne ?
L’enquête est en cours…

Le Directeur général du département et six de ses collègues et collaborateurs sont incarcérés depuis le vendredi 28 juin à N’Djaména sur fond de trafic de stupéfiants.

Il faut remonter à avril dernier pour mieux comprendre l’histoire. Un Tchadien est arrêté à Cotonou au Bénin alors qu’il convoyait un container rempli de produits psychotrope, plus couramment connus sous le nom de Tramol. Un chargement, qui selon son convoyeur, est destiné à l’Armée nationale tchadienne.

Quelques heures après l’arrestation des sept fonctionnaires, le porte parole de la grande muette dément avoir commandé de telles marchandises.

Cette arrestation crée le branle bas de combat à N’Djaména, où le groupe de sept personnes incarcérés vendredi tente par tous les moyens de faire libérer le compatriote détenu au Bénin.

Les diverses démarches qu’ils ont entamées pour obtenir illicitement des documents pouvant permettre de faire sortir leur ami de prison se sont ébruités, jusqu’à tombé dans l’oreille d’un commandant de gendarmerie, un certain Mahamat Saleh Ali Sakine.

Ce dernier a confié à tchadinfos.com qu’il a mené son enquête, en accord avec sa hiérarchie jusqu’à remonté au ministère des Affaires étrangères.

Deux questions taraudent beaucoup de tchadiens.

Tout d’abord, ils se demandent pourquoi est-ce que le nom du directeur général du ministère est tue par le procureur et les différents médias ? D’autant plus que c’est une personne connue de tous car occupant un post officiel.

La seconde question : est-ce que ce scandale aux Affaires étrangères éclaboussera l’armée tchadienne pour devenir à terme tout simplement un scandale d’état ?

Wait and see…

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Chérif Adoudou Artine

Affaire de l’étudiant tchadien détenu en Inde. Suite…

 » (…) nous n’allons pas nous décourager. Nous allons appuyer les efforts appropriés visant à trouver une solution au cas de notre compatriote. »

Chérif Mahamat Zene,

ministre des Affaires étrangères du Tchad

Compte Facebook de Béchir Issa Hamidi

Le Ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine, de la Coopération Internationale et de la Diaspora, Chérif Mahamat Zene s’est prononcé sur cette affaire au cours d’un entretien accordé à la Presse nationale, ce midi (ndlr lundi 21 janvier 2019)

« L’étudiant tchadien YOUSSOUF ALLAMINE TAHIR a été arrêté le 05 février 2015 à la frontière entre l’Inde et le Népal. Informé, le Consul honoraire du Tchad à New Delhi a contacté par une note le Ministère indien des Affaires étrangères le 9 mars 2015 et a demandé la libération et le rapatriement de l’étudiant au Tchad. Le 10 mars, le Ministère indien des Affaires étrangères a contacté, à son tour, le gouvernement de l’état fédéré d’Uttar Pradesh qui lui a fait savoir que le cas de l’étudiant tchadien relève de la justice de cet Etat, puisque plusieurs chefs d’accusation, notamment falsification et détention de faux documents pèsent sur lui. Ces éléments ont été portés à l’attention du Consulat le 27 mars 2015 par le Ministère indien. Lire la suite ici (compte Facebook de Bechir Issa Hamidi).

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Youssouf croupit en prison depuis 4 ans

Youssouf Mahamat Allamine a été arrêté dans la ville indienne de Maharajan en février 2015 à cause d’un titre de séjour apocryphe. Il est derrière les barreaux depuis cette date. Toutes les tentatives menées par son père, Mahamat Allamine Tahier, ont été jusqu’à la veines. Il s’exprime pour la première fois sur le combat qu’il mène afin de faire libérer son fils.
Affiche éditée par les amis et soutiens de Youssouf Mht Allamine

Avant de suivre l’interview que nous a accordée Mahamat Allamine Tahier, père de Youssouf Mahamat Allamine incarcéré depuis le 06 février 2015 à Maharajan en Inde, nous souhaitons préciser quelques détails de cette affaires qui a complètement perturbé la vie de toute une famille.

Né le 02 août 1992, Youssouf Mahamat Allamine obtient un visa d’étude pour poursuivre son cursus dans une école supérieure de Bangalore (dans le sud de l’Inde) en 2011. Le jeune homme est décrit par ses proches comme une personne calme et pieuse. Au troisième trimestre 2014, il obtient une licence en Relations Internationales, mais séjourne quelques mois en Inde. Il décide de regagner les Tchad au début de l’année 2015 en transitant par l’Arabie Saoudite pour le pélerinage de la Oumra.

C’est lors d’un contrôle de police dans la ville de Maharajan, à l’extrême sud de l’Inde, qu’il est arrêté car son titre de séjour et son visa pour le royaume wahhabite sont jugés comme des faux. En compagnie de huit autres étudiants africains, il se retrouve derrière les barreaux avec une condamnation de 5 ans sans appel.

A-t-il été jugé ? A cette question son père répond que cela a été une comparution immédiate.

Courrier transmis par le Ministère des Affaires étrangères au Consul honoraire du Tchad en Inde pour intervention.

 

Le fils et le père

 Avec beaucoup de dignité, il revient sur ces quatre dernières années durant lesquelles son seul objectif était de faire revenir son fils au Tchad. Dans cet entretien, il se livre à coeur ouvert et appelle toutes les bonnes volontés, parmi lesquelles le Président de la République du Tchad et la Fondation Grand Coeur, à lui venir en aide pour la libération de son fils.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

(avec Mahamat Haroun Saleh)