Garde à vue, gare à vous !

L’inspection générale d’Etat est en train de traquer la mauvaise gestion de l’argent public. Ses recommandations sont craintes jusqu’aux plus hauts niveaux de l’appareil administratif. Kalzeubé en est la preuve. Retour sur une semaine durant laquelle l’actualité judiciaire a été au centre de toutes les discussions…avec aussi l’affaire Ibédou.

Interpelé le jour de la fête de la liberté et de la démocratie, le ministre d’Etat, ministre Secrétaire Général à la Présidence, Kalzeubé Pahimi Deubet fait les frais d’une enquête menée par l’Inspection générale d’Etat (IGE) sur fond de compensation immobilière. Il est passé en deux jours de la case Présidence à la case prison en passant par la case garde à vue.
L’ancien PM sous écrou, qui sera le suivant ? C’est la question que tout le monde se pose car selon des bruits de couloir « une liste de douze noms » aurait été établie par les équipes dirigées par Ahmat Mahamat Zagalo, Inspecteur général d’Etat à la tête de l’IGE, créée en 2015/16 et rattachée à la Présidence de la République. Héritière de plusieurs organes d’Etat dans le but de « contrôler à posteriori la gestion administrative et matérielle des biens de l’Etat », elle succède dans ce rôle de « tracker » de la mauvaise gestion de l’argent public à la Commission Bartichret (dirigée par le Président de la Cours suprême de l’époque, Ahmed Barticheret) en 2005, au ministère du Contrôle d’Etat (qui a changé de nom à trois reprises) et enfin à la très redoutée Opération Cobra en 2012 après la fusion des ministères du Contrôle d’Etat et de celui de la Justice voulue par Abdoulaye Sabre.
Après le SG de la présidence, des bruits ont couru sur Twitter qu’en à une convocation d’Issa Doubragne, ministre de l’Economie et de la Panification du développement qui a été épinglé par une note de recommandations de cette même IGE en date du 19 novembre courant. Mais cette information a été très vite infirmée, notamment par un fact checking de Tchadinfos.com. Quoi qu’il en soit, nous devrions entendre parler de l’IGE d’ici la fin du mois de décembre. Les réjouissances de fin d’année ne seront pas agréables pour tout le monde.

Captures d’écran

Le lundi 2 décembre 2019, Mahamat-Nour Ahmat Ibédou, Secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (CTDDH), a aussi été convoqué par la Police judiciaire. Ce jour étant le prolongement du férié de la veille, le diplômé de l’Ecole Nationale du Trésor Public de Noisiel (France) s’est rendu au commissariat le mardi 3 décembre pour répondre aux policiers suite à une plainte pour diffamation déposée par Bakhit Bahar Itno. Ce dernier a été accusé par un communiqué de la CTDDH d’avoir enlevé et torturé un groupe de femmes en novembre dernier.
Une garde à vue plus tard, voilà que le SG de la CTDDH se trouve confronté à une autre accusation beaucoup plus grave : meurtre et de complicité de meurtre. Selon les avocats de ce dernier, les fonctionnaires de police ont voulu lui faire signer une déposition qui n’était pas la sienne. Après 48 h en GAV, il a été transféré à la maison d’arrêt d’Amssinéné dans le nord de N’Djaména.
Des captures d’écran reprenant des échanges entre l’acteur de la société civile et un certain Malick Ibet Ibrahim, accusé du meurtre d’une adolescente en 2015, ont suffit à le garder derrière les barreaux. Dans cet échange ont apprend que M. Ibedou souhaite soustraire M. Ibrahim des mains de la justice tchadienne en lui faisant quitter le Tchad.
Mais qu’en est-il de la véracité de ces copies et de leur contenu ? C’est à ce niveau que toutes les discussions s’arrêtent. Et c’est à ce niveau que toutes les discussions doivent tourner. Pour confondre M. Ibédou il aurait fallu prouver l’authenticité du contenu de ces messages. Cela passe par chercher à savoir si les adresses des deux concernés n’ont pas été piratées ou si ces copies ne sont que l’œuvre d’une personne maîtrisant un tant soit peu un logiciel de graphisme… Il existe une multitude d’outils pour clarifier ce genre de situations. La justice, quant à elle, dispose également de textes qui lui permettent d’envoyer des demandes d’authentification avec expertise très pointue. Et ce, jusqu’à Google.
Les personnes en charge de l’affaire peuvent et doivent passer au crible ces « preuves » afin d’avancer dans cette affaire qui cristallise la société tchadienne.

Cherif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Scandale aux Affaires étrangères

Un trafic de drogue au sein de la diplomatie tchadienne ?
L’enquête est en cours…

Le Directeur général du département et six de ses collègues et collaborateurs sont incarcérés depuis le vendredi 28 juin à N’Djaména sur fond de trafic de stupéfiants.

Il faut remonter à avril dernier pour mieux comprendre l’histoire. Un Tchadien est arrêté à Cotonou au Bénin alors qu’il convoyait un container rempli de produits psychotrope, plus couramment connus sous le nom de Tramol. Un chargement, qui selon son convoyeur, est destiné à l’Armée nationale tchadienne.

Quelques heures après l’arrestation des sept fonctionnaires, le porte parole de la grande muette dément avoir commandé de telles marchandises.

Cette arrestation crée le branle bas de combat à N’Djaména, où le groupe de sept personnes incarcérés vendredi tente par tous les moyens de faire libérer le compatriote détenu au Bénin.

Les diverses démarches qu’ils ont entamées pour obtenir illicitement des documents pouvant permettre de faire sortir leur ami de prison se sont ébruités, jusqu’à tombé dans l’oreille d’un commandant de gendarmerie, un certain Mahamat Saleh Ali Sakine.

Ce dernier a confié à tchadinfos.com qu’il a mené son enquête, en accord avec sa hiérarchie jusqu’à remonté au ministère des Affaires étrangères.

Deux questions taraudent beaucoup de tchadiens.

Tout d’abord, ils se demandent pourquoi est-ce que le nom du directeur général du ministère est tue par le procureur et les différents médias ? D’autant plus que c’est une personne connue de tous car occupant un post officiel.

La seconde question : est-ce que ce scandale aux Affaires étrangères éclaboussera l’armée tchadienne pour devenir à terme tout simplement un scandale d’état ?

Wait and see…

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Chérif Adoudou Artine

Affaire de l’étudiant tchadien détenu en Inde. Suite…

 » (…) nous n’allons pas nous décourager. Nous allons appuyer les efforts appropriés visant à trouver une solution au cas de notre compatriote. »

Chérif Mahamat Zene,

ministre des Affaires étrangères du Tchad

Compte Facebook de Béchir Issa Hamidi

Le Ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine, de la Coopération Internationale et de la Diaspora, Chérif Mahamat Zene s’est prononcé sur cette affaire au cours d’un entretien accordé à la Presse nationale, ce midi (ndlr lundi 21 janvier 2019)

« L’étudiant tchadien YOUSSOUF ALLAMINE TAHIR a été arrêté le 05 février 2015 à la frontière entre l’Inde et le Népal. Informé, le Consul honoraire du Tchad à New Delhi a contacté par une note le Ministère indien des Affaires étrangères le 9 mars 2015 et a demandé la libération et le rapatriement de l’étudiant au Tchad. Le 10 mars, le Ministère indien des Affaires étrangères a contacté, à son tour, le gouvernement de l’état fédéré d’Uttar Pradesh qui lui a fait savoir que le cas de l’étudiant tchadien relève de la justice de cet Etat, puisque plusieurs chefs d’accusation, notamment falsification et détention de faux documents pèsent sur lui. Ces éléments ont été portés à l’attention du Consulat le 27 mars 2015 par le Ministère indien. Lire la suite ici (compte Facebook de Bechir Issa Hamidi).

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Youssouf croupit en prison depuis 4 ans

Youssouf Mahamat Allamine a été arrêté dans la ville indienne de Maharajan en février 2015 à cause d’un titre de séjour apocryphe. Il est derrière les barreaux depuis cette date. Toutes les tentatives menées par son père, Mahamat Allamine Tahier, ont été jusqu’à la veines. Il s’exprime pour la première fois sur le combat qu’il mène afin de faire libérer son fils.
Affiche éditée par les amis et soutiens de Youssouf Mht Allamine

Avant de suivre l’interview que nous a accordée Mahamat Allamine Tahier, père de Youssouf Mahamat Allamine incarcéré depuis le 06 février 2015 à Maharajan en Inde, nous souhaitons préciser quelques détails de cette affaires qui a complètement perturbé la vie de toute une famille.

Né le 02 août 1992, Youssouf Mahamat Allamine obtient un visa d’étude pour poursuivre son cursus dans une école supérieure de Bangalore (dans le sud de l’Inde) en 2011. Le jeune homme est décrit par ses proches comme une personne calme et pieuse. Au troisième trimestre 2014, il obtient une licence en Relations Internationales, mais séjourne quelques mois en Inde. Il décide de regagner les Tchad au début de l’année 2015 en transitant par l’Arabie Saoudite pour le pélerinage de la Oumra.

C’est lors d’un contrôle de police dans la ville de Maharajan, à l’extrême sud de l’Inde, qu’il est arrêté car son titre de séjour et son visa pour le royaume wahhabite sont jugés comme des faux. En compagnie de huit autres étudiants africains, il se retrouve derrière les barreaux avec une condamnation de 5 ans sans appel.

A-t-il été jugé ? A cette question son père répond que cela a été une comparution immédiate.

Courrier transmis par le Ministère des Affaires étrangères au Consul honoraire du Tchad en Inde pour intervention.

 

Le fils et le père

 Avec beaucoup de dignité, il revient sur ces quatre dernières années durant lesquelles son seul objectif était de faire revenir son fils au Tchad. Dans cet entretien, il se livre à coeur ouvert et appelle toutes les bonnes volontés, parmi lesquelles le Président de la République du Tchad et la Fondation Grand Coeur, à lui venir en aide pour la libération de son fils.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

(avec Mahamat Haroun Saleh)

Au revoir 2018, bonjour 2019

L’année 2018 se termine. Que nous a-t-elle réservé de beau au Tchad ? Pas grand chose, elle aura été bien morose. Que ce soit en sport, en culture ou en politique nous n’avons pas eu beaucoup d’occasion de nous réjouir. Malgré cela, il subsiste quelques poches d’espoir pour 2019… et au delà.

Lundi est le dernier jour de l’année 2018. La seule chose qui me vient en tête est « enfin finie » !

Même si le passage à l’année nouvelle n’est que symbolique, je me dis que symboliquement nous allons oublier un cru 2018 très morose.

En remontant le calendrier de l’actualité 2018 au Tchad, il n’y a pas eu beaucoup de faits très réjouissants pour le quidam qui vit à N’Djaména, Moundou, Abéché, Sarh, Faya ou Ati.

Les Sao basket

De temps en temps nos sportifs (de seconde zone aussi, il faut le reconnaître) nous rapportaient quelques breloques ou titres de sous compétitions continentales. Ça concourait à flatter nos petits égos flagorneurs. En 2018, rien. Même Casimir Ninga n’a pas secoué Facebook ces derniers mois. Les joueurs du Sao basket ont néanmoins pris le relais du footballeur après une campagne honorable lors des éliminatoires pour la coupe du monde qui se jouera en 2019 en Chine. Ils sont actuellement 6ième …dans un groupe de 6. Et il parait que ces sportifs ont représenté le pays dans cette phase qualificative grâce à des fonds privés. Et le ministère des Sports dans tout ça ?

Limites artistiques ?

Du côté de la Culture, même son de cloche. On s’est contenté de produire des niaiseries qui n’ont été distribuées nulle part, si ce n’est sur les ondes de nos moribondes stations FM, à l’IFT, au Centre Don Bosco, etc.  Notre fameuse « diversité culturelle » n’inspire pas ceux et celles que l’on qualifie d’artistes. Terme galvaudé. Il y a le très original Afrotronix qui tire son épingle du jeu. Avec lui, quelques uns, dont Tony Ives, Lynci ou Sultan, tentent de faire vivre la musique urbaine tchadienne, mais le public n’accroche pas (pas encore). A qui la faute ? A leurs propres limites artistiques ou à un manque de promotion/mécénat qui leur permettrait de passer un cap ?

Immobilisme

Les politiques, fidèles à eux-mêmes, ont été d’une inefficacité criante. Ceux qui sont en fonction cherchent à tirer à eux la couverture afin de briller aux yeux du Président de la République et ainsi espérer pérenniser leurs strapontins. Les décisions qui permettraient aux Tchadiens de souffler un tant soi peu sont par contre le dernier de leurs soucis. Ils sont en représentation. En permanente recherche de médiatisation. Pour remplir les cases du journal télévisé de Télé Tchad, ils brasent de l’air et récitent des antiennes creuses et éculées. Si cette clique disparaissait de la surface du pays, cela ne changerait rien à notre quotidien, car elle ne pilote pas le Tchad, elle le laisse voguer tel un bateau ivre. Attentisme et immobilisme sont les adjectifs qui qualifient le mieux notre vie politique. La même dialectique vaut pour ceux qui attendent dans l’antichambre du gouvernement (car c’est la finalité) et ceux de l’opposition.

Si on remplaçait le nom France par Tchad dans cet extrait d’Hexagone, écrit et chanté par l’anarchiste Renaud Sechan, serions-nous dans le vrai ?

« Ils s’embrassent au mois de janvier car une nouvelle année commence,

Mais depuis des éternités elle n’a pas vraiment changé la France.

Passent des jours et des semaines, y a que le décore qui évolue.

La mentalité est la même, tous des tocards, tous des faux-culs. »

Il y a deux mondes

Quand je dis que tout est morose, j’exagère. Dans ce spleen ambiant, il y a quand même des lueurs d’espoir. La motivation et l’énergie de certaines personnes pour développer des idées novatrices, monter des start-up dans tous les domaines tout en essayant de se frayer un chemin vers l’autonomie financière constatés dans certains milieux de N’Djaména, donne beaucoup d’espoir. Ce mouvement d’autoentrepreneurs, certes encore très brouillon, sans réelle ligne directrice et disparate, gagne de plus en plus les millennials. Une génération bénie car elle a grandi avec les technologies les plus adaptées à ses besoins, les mieux pensés pour qu’une personne puisse s’épanouir socialement, économiquement et idéologiquement. Ses ainés n’ont jamais connu ces leviers économiques impressionnants. Ses benjamins connaîtront sans doute un outil qui sera édulcorée de son essence ‘‘libertaire’’ tôt ou tard. Ce Tchad là turbine de toute ses forces pour se faire une place dans l’écosystème mondial en cherchant à se mettre à niveau par rapport à ses voisins, qui vivent dans le ‘’village global’’, thèse développée en 1967 par l’économiste Marshall McLuhan et qui prévoyait la mondialisation économique, technologique et médiatique. Ce Tchad de tous les possibles se trouve opposé à un Tchad traditionnel, replié sur lui (régionaliste, ethniciste, voire même clanique), replié sur ces méthodes de gouvernance économique et sociale qui ont fait leur temps et qui ont montré leurs limites. C’est ce que j’appelle le Tchad de l’ancien monde.

Loin de moi l’idée d’opposé ces deux approches, même si je penche pour l’un, plutôt que pour l’autre. Il n’y a dans mon cheminement intellectuel aucun manichéisme, juste un constat. Celui d’un Tchad qui a les ouvert, qui sait, qui veut mais ne peut pas grand chose faute de structures et de moyens financiers. Car il est encore balbutiant. Et d’un Tchad qui peut tout, mais est engoncé dans un système de corruption et de clientélisme duquel il ne peut se départir, de peur de voir sa mécanique de fonctionnement voler en éclat. Rapprocher ces deux Tchad serait-il une bonne idée ? Oui et non ?

Oui car aucun changement notoire ne peut se faire sans les pouvoirs publics, qui décident des politiques et des règlements. Le gouvernement doit tenir compte de ce frétillement économique naissant (formel ou informel) lui donner un cadre légal pour qu’il se développe. La machine administrative occupera alors un rôle de régulateur, percevra ses impôts et se chargera de ses devoirs régaliens. Cette approche libertarienne, le moins d’Etat possible dans les affaires économiques, est, au passage, soutenue par les géants de la Silicone valley. Un exemple à suivre ? Une question qui mérite débat.

Non car si on laisse trop de place à la machine administrative dans cet écosystème, elle le biaiserait par ses vielles méthodes, sa corruption et sa pression fiscale.

Le Giga à 1 500 francs

Si je concluais ce billet sans parler de la baisse du prix d’Internet j’aurais été impardonnable. Fin octobre, Airtel, l’un des deux opérateurs de téléphonie, a décidé de passer de 12 000 francs à 1 500 francs pour 1 Giga. Une véritable révolution. Une sorte d’aumône pour toute la population. Internet, comme je l’écrivais plus haut, est un levier économique sans pareil. Certaines personnes se sont plaint que c’est encore trop cher. Ils ont peut être raison. Mais c’es déjà pas mal.

La question que je me pose par contre est : ‘’S’ils peuvent se permettre de vendre le Giga de connexion à 1 500 francs aujourd’hui, pourquoi l’ont-ils vendu depuis toutes ces années à 12 000 francs ?’’

Tchadiens, je ne vous souhaite pas une bonne année 2019. Mais plutôt beaucoup de courage pour 2019.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé