Impressionnant Mahamat Idriss Déby !

En marge du Sommet de Paris sur la Paix, Mahamat Idriss Déby en a surpris plus d’un en accordant un entretien à France 24. Il a dissipé les doutes qui entouraient sa capacité à passer un palier depuis avril dernier. Sémiologie et décomposition de texte.

Impressionnant Mahamat Idriss Déby. Non pas qu’il ait réalisé des merveilles, mais la qualité générale de cet entretien accordé à France 24 ce vendredi 12 novembre en marge du Sommet de Paris sur la Paix fera taire les railleries de l’opinion. Cette opinion qui l’a moqué sur fond de montages vidéos d’un humoriste ivoirien de Facebook. Qu’elle semble loin cette période.

Dans une esthétique minimaliste et sans faute (le cadre, le décor, la tenue vestimentaire) il a su se mettre à la hauteur des attentes.

Qu’ai-je vu ?

Posé, ferme (limite autoritaire lors la joute verbale de la 5ème minute d’interview), il a répondu dans un style qui rassérène – ce que l’opinion peut attendre d’un président. Tantôt Idriss Déby (souriant à certaines question ou se donnant de long moment de réflexion), tantôt lui-même (avalant la fin ou la prononciation de quelques mots, synonyme d’un stress non maîtrisé), le Président du Conseil Militaire de Transition a été précis dans son développement sans jamais chercher à entrer dans des détails qui auraient pu être ‘’piégeux’’. On a senti qu’il s’est préparé (et plutôt bien) à ce type d’exercice auquel il ne pouvait échapper en fréquentant ces rendez-vous internationaux.

Un relâchement physique sur la fin

La position en robot de ses mains dans les dernières minutes devra être maîtrisée…. car à ce moment de l’interview on sentait une certaine lassitude. Comme s’il voulait en terminer. Certainement la seule fausse note de ces 21 minutes avec un journaliste qui s’est voulu teigneux à certains moments. Est-ce que cela faisait partie de l’exercice ? IDK !

Qu’ai-je retenu ?

Dans ce face à face, Mahamat Idriss Déby Itno a tenu des propos qui font de lui (enfin) un président : il parlait des différents sujets dans les grandes lignes, expliquant les décisions et étant persuasif dans ses réponses. En adoptant cette posture d’homme qui décide et qui se place au dessus de la mêlée, il s’est libéré de ce piège dans lequel ses communicants l’ont enfermé ces dernières semaines, à savoir le transformer en porte-parole récitant des comptes-rendus de réunion.

La question sur son avenir politique a été pour moi le moment le plus important car il a fait preuve de ruse politique. En disant que sa personne importe peu par rapport à la mission qu’est la sienne, il a fait preuve d’un esprit tactique digne des plus aguerris de ses prédécesseurs. Il se donne le temps de la réflexion et surtout laisse son entourage et ses éventuels adversaires dans l’expectative.

En conclusion

Durant cette vingtaine de minutes j’ai eu pour la première fois le sentiment d’écouter et de voir un Président de la République. Tant sur la forme que sur le fond il a dégagé une image qui montre qu’il est assez caparaçonné pour cette fonction « lourde » comme il l’a répété à 2 reprises.

Un aphorisme de Karl Kraus dit « Il y a 2 sortes d’écrivains. Ceux dont le fond et la forme sont ensemble comme l’âme et le corps, et ceux dont le fond et la forme vont ensemble comme le corps et l’habit. » Ce vendredi, Mahamat Idriss Déby a conjugué le fond et la forme, alliant son propos à son port de corps… de tel sorte à les additionner pour donner ce résultat aussi surprenant que positif. Il a donc, selon K. Krauss, su ‘’associer le corps et l’habit’’.

Chérif Adoudou Artine (@fortius0 / @cherifadoudou)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *