Incontestablement le quinquennat de la jeunesse

Réformes et ingénieries institutionnelles, organisation de concertations/dialogues intergénérationnels, inclusion dans la gouvernance politique, croissance des allocations budgétaires, émergences de leaders associatifs/entrepreneuriaux, reconnaissance à l’échelle continentale de jeunes talents tchadiens sont autant d’initiatives et de faits résultant de l’action gouvernementale conduite, avec en toile de fond, la mise en valeur du potentiel de la jeunesse tchadienne telle que voulue par le Maréchal du Tchad.

Plus que jamais, on peut affirmer que notre pays s’est doté d’un écosystème à même de résoudre efficacement l’équation du trident Éducation-Formation-Emploi, cœur de la problématique de son développement durable.

Nous en voulons pour preuve le bon fonctionnement ou l’arrivée à point nommé de trois des organisations qui composent cet écosystème jeunesse : l’ONAJES, l’ANVOL-T et le CNJT.

L’effectivité de l’ONJAES (Office national pour la promotion de la jeunesse et le sport)

Dans un but d’efficience mais aussi de maîtrise budgétaire, l’ONAJES a été créée en 2016 suite à la fusion de trois entités qui géraient les questions liées à la jeunesse et aux sports : le FONAJ (Fonds national d’appui à la jeunesse), Le FNDS (Fonds national de la jeunesse et des sports) et l’ONASPORT (Office national des sports).

La création en 2020 de l’ANVOL-T (Agence Nationale de Volontariat au Tchad)

Cette toute nouvelle agence a pour but de familiariser la nouvelle génération à la notion du vivre-ensemble, d’entraide, de vie associative et surtout imprégner les milléniaux de civisme et de patriotisme.

La crédibilité retrouvée du CNJT (Conseil national de la jeunesse du Tchad)