A l’aune de ses trente années d’existence, qu’il célébrera à Mongo dans la province du Guéra ce mercredi 11 mars 2020, le Mouvement patriotique du Salut doit amorcer sa mue afin d’embrasser un monde qui change pour demeurer le parti de gouvernement qu’il a toujours été.

Ce mercredi 11 mars 2020 le MPS fêtera ses 30 ans d’existence dans la ville de Mongo (Province du Guéra). 30 ans (à dix mois près) de pouvoir qui ont donné au parti de Bamina une étiquette de parti de gouvernement. Trois décennies. Trois périodes :

1990 – 2001, l’apprentissage du multipartisme.

2002-2014, l’ancrage populaire.

2015 à nos jours, à la croisée des chemins.

Penchons-nous sur cette dernière période, celle qui nous concerne.

Mahamat Zene Bada, Secrétaire général du MPS Photo : Vincent Fournier/JA

En confortant Mahamat Zene Bada lors du congrès extraordinaire de novembre 2019, le principal partie politique tchadien s’est rassuré en s’appuyant sur ses bases. Le Secrétaire Général étant un homme sur lequel peut s’appuyer le Président de la République Idriss Déby Itno pour resserrer les rangs et afin de mettre de l’ordre dans la maison en ces temps de tiraillements internes, de fronde sociale (jeunes, étudiants, fonctionnaires, corps judiciaire), de repli identitaire (une petite heure sur Facebook permet de s’en rendre compte), le tout conjugué à une relance économique en filigrane qui n’a pas encore de réels effets sur la population.

Le citoyen est un JRI 2.0

Mais au-delà de rassembler ses troupes, le MPS doit embrasser, faire siens les changements d’une époque, celle de la troisième révolution anthropologique de l’histoire de l’humanité. Au contraire de la deuxième révolution anthropologique (l’imprimerie au 15ème siècle), qui s’est déroulée dans une Europe triomphante ; celle que nous vivons n’est pas limité dans un espace géographique. Les schémas démocratiques qui ont rythmé la vie des démocraties occidentales volent en éclat, car le citoyen n’est plus celui à qui ont sert une dose d’information deux fois par jour et qui, dans la plupart des cas, s’en contente. Le citoyen d’aujourd’hui, qu’il soit Américain, Africain, Tchadien, est un JRI (Journaliste reporter d’images) d’un nouveau genre ayant en permanence une bibliothèque entre les mains, difficile donc de la gruger. Difficile également de le faire taire car il évolue en communauté. Bridez-en un, ce sont cent autres qui prendront le relais ; des homonuméricus comme aimait les appeler le philosophe Michel Serres.

Il ne faut donc pas que le MPS soit en déphasage avec cette nouvelle norme. Le parti doit, au delà d’une réflexion profonde sur son discours traditionnel, sur ses thèmes de prédilections (paix et unité) se détacher des recettes qui ont fait son succès et qui, sans doute, en apporteront d’autres. La dialectique du MPS doit désormais passer par des choix politiques de séduction afin de ne pas être en déphasage avec ce qui se passe dans les rues de N’Djaména, de Moundou, de Faya, etc.

Des politiques audacieuses

L’homogénéité du Bureau politique national (BPN), même si sa représentation féminine augmente, n’augure pas de grands changements. Mais le chambardement n’est pas pour tout de suite. Comme signalé plus haut, Il faut solidifier les bases. Mai parallèlement le MPS doit se doter de cercles de réflexions composés d’une ossature différente de son bureau politique. Un apport d’idées et de solutions issues d’horizons hétérogènes. Si cette voie de consultations n’est pas empruntée, le MPS laissera le terrain aux autres, ceux-là même qui promettent monts et merveilles sans avoir le gouvernail du pays. Le MPS quant à lui, gouvernera, certes, mais ne sera pas ce parti représentatif du pouvoir qu’il a entre les mains. Pour refléter l’image du grand parti qu’il est, la formation politique d’Idriss Déby Itno doit parler au Millennials, adopter leur langage, répondre à leurs attentes (formation et emploi). En somme leur offrir des perspectives en adoptant des politiques audacieuses. Loin du dogmatisme, Loin des idéologies. Loin des clivages partisans. Mais juste du pragmatisme et du bon sens (politique ?).

Mahamat Zene Bada, en animal politique aguerri (que l’on compare souvent à un cygne qui renait de ses cendres), en fin stratège, en leader éclairé doit s’ouvrir, consulter, offrir de nouvelles perspectives (à son parti et à ses concitoyens).

Aujourd’hui, à l’aune de son 30ème anniversaire, le MPS est à la croisée des chemins. A lui de choisir la voie de l’inclusion sociale à travers des plans taillés sur mesure pour 70% de la population. Alors, la rue tchadienne, si frondeuse, toujours acerbe, en permanence critique, fera elle-même la promotion du bilan social du MPS dans quelques années.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *