Quelle semaine !

Nomination d’un PM de transition, manifestations réprimées, nouveaux affrontements contre les FACT. Une deuxième semaine très mouvementée pour le CMT.

Le premier ministre de transition réquisitionne le l’hôtel Chari pour y installer son cabinet. Les habituelles copies de documents qui circulent sur les réseaux sociaux ont suffi à répandre l’information… et ce bien avant la publication du moindre article d’un journal en ligne et encore moins une communication officielle.

L’hôtel du Chari de N’Djaména à l’époque où il portait encore l’enseigne d’un grand groupe hôtelier français.

Soit, comme l’a dit un politicien en fin de semaine dernière « Il y a les principes et la réalité ». Cette réquisition est une réalité. Prenons en acte.

Les autorités de transitions ont passé une deuxième semaine pour le moins mouvementée.

Tout d’abord elles ont dû faire face à une marche « pacifique » de la plateforme citoyenne ‘’Waki Tama’’. Cette dernière avait appelé la population à descendre dans la rue pour exiger, entre autres revendications, la démission du CMT (Conseil militaire de transition). Le 27 avril, un bon nombre de personnes a répondu à l’appelle de ‘’Wakit Tama’’ et a investi les rues des quartiers sud de la capitale tchadienne. Au bout de la journée, le bilan a été macabre avec une dizaine de morts et une cinquantaine de blessés recensés par les organisateurs. Si l’issue de cette journée a été si morbide, c’est parce que les forces de l’ordre n’ont pas hésité à tirer à balles réelles sur les contestataires.

Cette riposte a fait couler beaucoup d’encre et a été à l’origine de nombreuses condamnations. France, USA, ONU, Union africaine et autres partenaires africains n’ont pas hésité à mettre en garde notre pays contre ce genre d’agissements. Pire, ce samedi j’ai pu lire dans L’Important que le Ghana a demandé la suspension du Tchad des instances de l’Union africaine.

Durant cette deuxième semaine, il y a également eu de nouveaux affrontements entre l’ANT (Armée nationale tchadienne) et les rebelles du FACT (Front pour l’alternance et la concorde au Tchad). Ces derniers pourchassés par l’armée nigérienne (qui a un accord avec le Tchad pour mettre fin à l’aventure des FACT) sont entrés au Tchad. Les affrontements se sont déroulées mercredi et jeudi et d’après les informations officielles et celles relayées par les média mainstream qui couvrent le Tchad, l’armée tchadienne a pris le dessus.

Si chaque semaine de cette transition prévue pour 18 mois est aussi chargée, quand est-ce que les 15 généraux et les ministres du futur gouvernement auront le temps de gérer les questions liées à leur mission principale (si pas unique), à savoir préparer la transition ?

Chérif Adoudou Artine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *