Ramadan sous confinement à Madagascar

La minorité musulmane de la grande île accomplit cette année le jeûne du ramadan sous régime de confinement dû au COVID-19. Une difficulté supplémentaire avec laquelle doivent composer les fidèles dans leur pratique religieuse.

La pandémie du Coronavirus est repartie de plus belle à Madagascar 2021, cette île-état qui avait suscité beaucoup d’espoirs en 2020 en annonçant la découverte d’un remède à base d’artémesia contre le COVID-19, le fameux Covid Organics (ou encore Tambavy), déchante quelque peu. Un an après cette annonce, qui avait mis en avant le président Andry Rajoelina et Madagascar le temps d’une campagne de Relations publiques, l’île fait face à une nouvelle vague sur fond de variant sud-africain avec 10 000 cas et 200 morts enregistrés en un mois.

A Madagascar, il y a une minorité muslmane qui représente 13% de la population du pays qui est de l’ordre de 26 955 737 habitants. Comme tous ses coreligionnaires du monde, cette communauté observe le mois de jeûne du ramadan… mais sous régime de confinement cette année. Situation qui forcément change les habitudes des gens.

A gauche : la grande mosquée d’Antananarivo. A droite : la mosquée d’Antsirabe

L’Express, un journal en ligne malgache, est allé à la rencontre des croyants musulmans de l’île. Pour Issa, habitant d’Antananarivo la capitale, le principal souci réside dans l’organisation des prières : « Nous suivons les mesures pendant ce confinement. Normalement, tous les soirs, il y a une prière collective, et comme les mosquées ne s’ouvrent pas, chaque famille fera la prière à la maison« .

Des marchands arabes au communisme

Les origines de l’Islam sur l’île de Madagascar remontent au VIIe siècle de notre ère et sont consécutives aux migrations arabes. D’après la journaliste Solène Chalvon-Fioriti, auteure pour Libération de l’article Madagascar : églises, mosquées… Dieu est partout, « les premiers arabes arrivés sur la grande île étaient des réfugiés des guerres civiles qui suivirent la mort de Mahomet en 632. »

Couverture du livre pour enfants « Rois et reines de Madagascar »

Les histoires issues des traditions locales racontent aussi que « Vers le Xe siècles ou le XIe siècle, les marchands d’ivoire arabes ou de Zanzibar voyageaient le long de la côte Est de l’Afrique et établirent des colonies sur la côte Ouest de Madagascar. Parmi ces colonies, la plus célèbre est celle de Zafiraminia, dont sont issues notamment les ethnies Antemoro et Antanosy. La dernière vague d’immigrants arabes est celle des Antalaotra, qui venaient de colonies d’Afrique de l’Est. Ils s’installèrent au Nord-Ouest de l’île, dans la région de Mahajanga et furent les premiers à importer réellement l’islam sur l’île. »

L’expérience politique communiste et l’influence de l’Union soviétique après la prise de pouvoir en 1975 de Didier Ratsiraka ont totalement étouffer les religions sur l’île.

Dans les années 1990, suite à la chute de l’URSS et au départ du président Ratsiraka, Madagascar est (re)devenu « une république garantissant la liberté de culte ».

Chérif Adoudou Artine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *