Le Directeur général du département et six de ses collègues et collaborateurs sont incarcérés depuis le vendredi 28 juin à N’Djaména sur fond de trafic de stupéfiants.

Il faut remonter à avril dernier pour mieux comprendre l’histoire. Un Tchadien est arrêté à Cotonou au Bénin alors qu’il convoyait un container rempli de produits psychotrope, plus couramment connus sous le nom de Tramol. Un chargement, qui selon son convoyeur, est destiné à l’Armée nationale tchadienne.

Quelques heures après l’arrestation des sept fonctionnaires, le porte parole de la grande muette dément avoir commandé de telles marchandises.

Cette arrestation crée le branle bas de combat à N’Djaména, où le groupe de sept personnes incarcérés vendredi tente par tous les moyens de faire libérer le compatriote détenu au Bénin.

Les diverses démarches qu’ils ont entamées pour obtenir illicitement des documents pouvant permettre de faire sortir leur ami de prison se sont ébruités, jusqu’à tombé dans l’oreille d’un commandant de gendarmerie, un certain Mahamat Saleh Ali Sakine.

Ce dernier a confié à tchadinfos.com qu’il a mené son enquête, en accord avec sa hiérarchie jusqu’à remonté au ministère des Affaires étrangères.

Deux questions taraudent beaucoup de tchadiens.

Tout d’abord, ils se demandent pourquoi est-ce que le nom du directeur général du ministère est tue par le procureur et les différents médias ? D’autant plus que c’est une personne connue de tous car occupant un post officiel.

La seconde question : est-ce que ce scandale aux Affaires étrangères éclaboussera l’armée tchadienne pour devenir à terme tout simplement un scandale d’état ?

Wait and see…

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Chérif Adoudou Artine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *