COVID-19 : des mesures salutaires

A la cacophonie de ces derniers jours, le ministre de la Santé publique a répondu ce lundi matin en apportant des précisions qui pourtant figuraient sur le décret du 31 décembre 2020. Le gouvernement, en instaurant un confinement de la ville de N’Djaména (et non celui de ses habitants) en autres décisions, s’est montré proactif face à la recrudescence du virus et sa mutation, le tout afin de limiter une propagation de la maladie et de sauver des vies.

« Il vaut mieux une semaine de confinement que des mois de regret » ai-je pu lire sur un post Facebook ce samedi après-midi. Certainement une des rares réactions posées et distanciées par rapport à la décision du gouvernement tchadien de ramener l’heure du couvre-feu de 21 heures à 18 heures, de fermer les frontières terrestres à partir du 1er janvier 2021 et de boucler les frontières aériennes à compter du 4 janvier. Une certaine confusion a fait suite à la publication de ce décret, créant bon nombre de palabres dans les chaumières. Certains se demandaient si les mesures étaient effectives dès le vendredi 1er ou le jour suivant. Même cas de figure pour la fermeture de l’aéroport.

Le document officiel précise que les décisions en question sont limitées dans le temps et dans l’espace afin de limiter la propagation de la maladie et sauver des vies. En sus, il dit aussi que la ville de N’Djaména est confinée et non sa population –  les délimitations de la capitale sont également reprises dans ‘’l’édit’’ du 31 décembre. Abdoulaye Sabre Fadoul, ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale, n’a pas manqué de le rappeler ce lundi 4 janvier lors d’une conférence de presse très attendue après les approximations du week-end.

Le défaut du cycle de l’information au Tchad est que le citoyen lambda a pris l’habitude de s’informer par voie de décrets et plus rarement via les organes d’information ad hoc. Ces derniers sont (devront être) le relais logique entre les autorités et la population afin de vulgariser, expliquer, voir décrypter ces textes purement administratifs tournés parfois dans un Français…pas abordable pour la majorité. Mais rien n’y fait, chacun y va de son poste de décret et de son explication (de sa compréhension des textes…).

Vous savez, si à la Maison Blanche il y a un point presse quotidien pour les journalistes accrédités, ce n’est pas pour rien… C’est pour éviter au maximum les interprétations et leurs pendants : les spéculations, les récupérations, etc.

Information transmise vs Information comprise

Le gouvernement est proactif

Quant aux raisons du durcissement des mesures de riposte sanitaire décidées la veille du Nouvel An par le Maréchal du Tchad, elles répondent à une anticipation afin d’éviter le pire. En mars dernier, lorsque le premier cas de coronavirus avait été enregistré au Tchad, la réaction quasi immédiate du Président de la république et de son gouvernement a permis de répondre de la meilleure des manières à la propagation de cette maladie que certains de nos compatriotes négligeaient, minimisant ainsi les pertes humaines.

La mutation du COVID19 étant encore une grande inconnue, il ne s’agissait pas de tergiverser, d’attendre ou d’observer ailleurs…mais plutôt d’être proactif car personne ne sait ce qu’il en sera dans une semaine, dans un mois, dans trois mois…

Le variant anglais du COVID 19 (que l’on désigne par Variant VOC) a été enregistré depuis le mois de septembre 2020 en Grande Bretagne et depuis début décembre 2020 en Afrique du sud. Pour éviter tous risques, notre pays a décidé ce 29 décembre 2020 d’interdire l’entrée sur son territoire aux voyageurs en provenance de ces deux pays.

Le variant a été isolé majoritairement chez des personnes jeunes

Ce variant est-il plus dangereux ? Le site futura-sciences.com répond à cette question en restant très prudent : « Avant toute chose, il faut garder à l’esprit que les virus mutent à chaque fois qu’ils se répliquent. (…) La mutation est un processus biologique normal. Néanmoins, certaines mutations confèrent des avantages au virus. Dans le cas de VUI 202012/01 (le nouveau coronavirus ndlr), les informations sont encore limitées et de l’ordre de l’hypothèse, mais il est possible que les mutations aient augmenté la transmissibilité du virus. (Sa dangerosité) serait 0,4 fois supérieure, selon les modélisations d’un groupe de scientifiques, le Nervtag (New and Emerging Respiratory Virus Threats). À noter que ce variant a été isolé majoritairement chez des personnes jeunes, âgées de moins de 60 ans, qui sont moins à risque de faire des formes graves. »

Il est donc préférable de prévenir que de guérir…

Bonne année à tous.

Chérif Adoudou Artine