N’Djaména accueillera du 12 au 15 mars 2019 le 1er Salon africain de l’agriculture (SAFAGRI) organisé conjointement par le CILSS (Commission inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel) et la République du Tchad.

La note conceptuelle du Salon africain de l’agriculture (SAFAGRI) exprime comme motivation principale, la convergence de toute une batterie de programmes, projets ou politiques existants vers les objectifs de l’Agenda 20163.

Cette feuille de route, adoptée en janvier 2015 à Addis Abéba lors du sommet des Chefs d’Etats de l’Union africaine, est une sorte de vision et plan d’action pour faire de l’Afrique un continent prospère et pacifique : « Une plateforme qui oriente le continent afin de consolider les progrès en cours et d’exploiter stratégiquement les possibilités qui s’offrent à court et à moyen termes, pour assurer une transformation socio-économique positive dans les cinquante années à venir.» explique le site internet aux accents écologistes mediaterre.org.

Afin donc d’aligner toutes les initiatives régionales existantes au calendrier de l’UA, le CILSS s’est investit pour lever toutes les entraves à un développement du secteur agricole africain encore trop souvent soumis aux aléas économiques, climatiques et sécuritaires. Le comite siégeant à Ouagadougou lance donc le SAFAGRI, « une vitrine d’échanges à l’échelle continentale en mars 2019 à N’Djaména, en marge de (ses) instances statutaires.

Le salon tentera de stimuler « les politiques nationales et régionales de transformation des chaines de valeur agricole » partout en Afrique.

Ses objectifs factuels sont les suivants :

  • Créer un cadre d’échanges et de partage d’expérience entre différents acteurs;
  • Mettre en réseau les différents acteurs de l’agriculture africaine afin de renforcer l’intégration et contribuer à la fluidification des échanges commerciaux;
  • Contribuer à réduire les barrières aux transactions régionales;
  • Contribuer à améliorer la santé humaine en incitant à la consommation de produits locaux et sains;
  • Exposer des produits de l’agriculture africaine;
  • Organiser des panels de discussions pour échanger sur des thèmes visant à la promotion de l’agriculture africaine.

L’aspect organisation du SAFAGRI sera cogéré.

Au niveau régional :  par le CILSS, à partir de son siège au Burkina Faso, avec un président de comité d’organisation en la personne de Mohammed Abdellah Ebe (au quotidien directeur général de l’institut du Sahel, un des organes spécialisés du CILSS).

Au niveau local : par le ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements agricoles avec une coordination nationale.

 

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *