Talents d’Ici, « La première émission tchadienne 100% jeune », a été postée sur You Tube par Naïr Abakar. Ce programme souhaite donner l’occasion aux Tchadiens de s’exprimer sur l’entrepreneuriat, la citoyenneté et la culture .

Ayant grandi devant Antoine de Caunes, Philippe Gildas et les late show américains, je me suis souvent imaginé en anchorman de ces talk show généralistes qui transpirent la culture, l’actualité, le trendy et la déconne.

Dimanche soir je reçois un message WhatsApp de Nair Abakar qui me présente son nouveau projet en ces mots : « C’est une émission 100% tchadienne, 100% jeune, faite par les jeunes et pour les jeunes ».  Notre « serial » entrepreneur a le sens de la répartie.

Car quand on s’attarde sur sa courte mais riche trajectoire professionnelle, ce golden-boy tchadien du marketing social a toujours su, tel un funambule, surfer sur un fil conducteur de mots forts, c’est ça avoir le sens de la formule. Utiliser des mots simples, mais qui touchent une cible en quête de #RoleModel. Oui, #RoleModel, Costume de leader d’opinion que je pensais un peu trop grand pour lui à l’époque, mais qu’il a pourtant su tailler à sa mesure ; et ce depuis sa première grosse opération, le Salon international de l’étudiant africain en 2016.

Le format en question

Le programme concocté par Tiya Productions s’intitule Talents d’Ici. Un plateau très coloré qui reçoit des « jeunes » pour parler d’entrepreneuriat, de citoyenneté et de culture…avec une tranche humoristique sur la fin. Talents d’ici est un concept sur mesure pour donner un résonance supplémentaire aux actions citoyennes que l’actuel directeur général adjoint de l’Adetic (Agence de développement des technologies de l’information et de la communication) mène depuis quelques années avec sa plateforme « Citoyens sans frontières ».

Petite parenthèse

Jeune. Je déteste ce vocable car il inclus tout. Je pose la question à Naïr : « Est-ce que quand tu parles de jeunes tu as la même définition que les Editions du Lombard qui présentaient le magazine Tintin comme « le journal des jeunes de 7 à 77 ans », ou alors il y a une barrière d’âge. Si barrière d’âge il y a, quelle est-elle ? »

Marius Ab’ras, l’animateur du talk, est égale à lui-même : dynamique, chambreur et exubérant. Il donne un vrai ton, une signature singulière à l’émission. Mais est-ce que ce sera suffisant ? Car je trouve le format 20 minutes beaucoup trop long pour une émission entertainment sur le net.

Vingt minutes en télé pour un programme du genre c’est parfait. Mais 20 minutes pour un talkshow généraliste sur le net, c’est une éternité.

Quelle solution proposes-tu Chérif ?

Le format court, plus approprié à Internet. A l’exemple de Tarmac, un média culturel lancé par la chaîne belge RTBF, Talents d’Ici pourrait proposer des capsules courtes et ainsi assurer une périodicité plus récurrente afin d’occuper le terrain, générer du clic et au final gagner de l’argent.

La page d’accueil Instagram de Tarmac.be

Naïr Abakar souhaite se servir de cette première édition pour trouver des diffuseurs télé. On pense biens sûr à Télé Tchad et à Electron TV. Mais il ne faut pas se limiter au Tchad. Car je suis persuadé que si le concept est un affiné, un chouia recentré « Afrique » et bien marqueté, il pourrait intéresser des chaînes telles que A+ ou TV5 Monde Afrique.

Chérif Adoudou Artine, leader numérique autoproclamé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *