Une parenthèse dans la campagne

IDI a troqué sa casquette de candidat pour visser celle de Président de la République ce samedi 27 mars en effectuant un déplacement au Nigeria. Pendant ce temps la ville de Bol, dans la province du Lac, recevait son « envoyée spéciale ».

Candidat bien sûr, mais Président de la république avant tout. Idriss Déby Itno a ôté, le temps d’un déplacement à Abuja (au Nigeria) ce samedi 27 mars 2021, sa casquette de candidat du consensus. Loin des villes de provinces qu’il sillonne depuis plus de deux semaines dans le cadre de la campagne électorale en vue des élection du 11 avril prochain, le Président de la République est allé parler de relations bilatérales avec son homologue nigérian, Muhammadu Buhari. Échanges commerciaux, libre circulation des personnes, liaisons aériennes, interconnexion électrique, renforcement de la stratégique de lutte antiterroriste, etc. Autant de sujets pour « relancer les relations entre le Tchad et son grand voisin ».

Et si cette visite au Nigeria participait aussi à renforcer l’image du candidat Déby auprès des électeurs. Une approche qui n’est pas à exclure car les relations avec nos voisins et notre « présence » à l’international concourent également au bien être des tchadiens.

Pensez-vous que cette visite nigériane était une parenthèse dans la campagne ou alors une continuité de cette dernière ?

Acte de civisme 

Retirer sa carte d’électeur, un acte citoyen. Nous en parlions dans notre livraison d’hier de manière très administrative et légale (en rapport à la loi électorale). Mais l’envoyée spéciale du candidat du consensus, Hinda Déby Itno, a été plus pragmatique en appelant lors d’un meeting samedi les habitants de Bol (province du Lac) à aller retirer leurs cartes d’électeurs afin de pouvoir voter le 11 avril prochain.

La HAMA sanctionne un journaliste

Wangsou Edouard, journaliste de la chaine de télévision Vision4TV, a été suspendu « de la couverture de la campagne électorale pour la présidentielle du 11 avril 2021 » par la HAMA (Haute autorité des médias et de l’audiovisuel). Le reporter en question avait « à l’issu du meeting de la Première dame organisé le 25 mars 2021 à Massakory (…), apostrophé la Première Dame du Tchad pour lui demander de l’argent en contrepartie de son travail. » La Haute autorité justifie cette décision pour manquement aux règles que doivent respecter les journalistes accrédités pour la couverture de la campagne, à savoir « les exigences d’éthique, de déontologie professionnelle et les principes de neutralité ».

Pour le reste…

De manière générale, la campagne électorale de cette année est un peu morne. A part du côté du MPS et de ses alliés, les six autres candidats se font très discrets.

Pahimi Padacket Albert (RNDP-Le Reveil) tente tant bien que mal d’exister.

Balthazar Alladoum (ASTRE), Félix Nialbé Roumdoungar (URD), Brice Guedmbaye Baïmon (MPTR) et Madjitoloum Yompombé Théophile (UTPC) sont absents des radars médiatiques. Heureusement pour eux, si je peux me permettre, que les règles sur la présence médiatique leur octroie un temps d’antenne sur les médias publics.

Lydie Beassemda (PDI), quant à elle, assuré qu’elle mène une campagne de proximité et que son objectif n’est pas de concurrencer qui que ce soit.

Chérif Adoudou Artine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *